Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Beyond the Speed of Spirit | 12/17/2017

Scroll to top

Top

10 Comments

"The Truth Hurts" - Certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes - (La campagne Lamborghini qui divise .... à extrême).. - Beyond the Speed of Spirit

« The Truth Hurts »  – Certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes – (La campagne Lamborghini qui divise …. à extrême)..
Bonneville
  • On 11/25/2011
  • http://beyondthespeedofspirit.com

Voici la nouvelle campagne publicitaire dévoilée par Lamborghini pour promouvoir l’Aventador. Nommée « The Truth Hurts » (La vérité blesse) et réalisée par l’agence de Hambourg « Philipp und Keuntje » ayant déjà signée le superbe spot de la Gallardo LP 570-4 Superleggera « the Pacemaker » (voir ci-dessous)

La plus parfaite illustration de la campagne de Lamborghini, le visage de Richard Hammond lors du 1er essai de l’Aventador

The Pacemaker

Le dernier modèle de Sant’Agata Bolognese a donc droit à une communication plutôt audacieuse et radicale … à l’image de cet objet exclusif : des visuels au graphisme très travaillé, réussissant à transposer toute la puissance dont dispose la nouvelle Lamborghini (700 chevaux) et mettant en scène de manière artistique les citations de journalistes de renoms ayant essayé récemment l’Aventador.
Les voici traduites :

• « Les changements de rapports sont aussi brutaux qu’un coup de poing professionnellement exécuté sur la nuque. » Jan Baedeker, Classicdriver.com

• « Ce n’est pas une voiture, c’est une arme. Elle en provoque le bruit et la sensation. » Michael Köckritz, Ramp Magazin

• « Si vous sautez sur les freins à 100km/h, vous serez à l’arrêt en à peine 30 mètres. Vos yeux devraient alors revenir dans leurs orbites. » Ulrich Safferling, Auto-Illustrierte

• « L’accélération est apocalyptique. Elle peut délivrer du pure délire à la demande.. » James May, Top Gear

Vous noterez l’intelligence des phrases choisies.

Comments

  1. Commentaire furtif, arraché à la cuisse d’une mâtinée jupitérienne, bâtard de la famille des catilinaires mais néanmoins sanguin et tyrannique, mon sentiment pourra se lire de loin.. Qu’est ce que c’est que cette merde ??? moi, le chantre du mot lourd, de l’amphigourisme élyséen, de la boucle Hermès faite élégie, moi qui plaide coupable sur tous les chefs d’accusation pour boursouflage et grand excès d’emphase, bref moaaa qui suit un criminel de grand chemin en matière de gazéification des concepts et d’intellectualisation tous azimuts, je déclare que cette campagne est une foirade nauséabonde, un truc d’échalas à chemise cintrée et lunette en corne teintée amoureux du vélib et des murs en carton recyclé, de l’aérophagie pédante et mal dégrossie, de la puanterie goujate et insalubre, qui ternit non seulement l’objet qu’elle promotionne mais également les références qu’elle emploie dans un saccage total et définitif. « Gérard, prise en charge !»…..

  2. Mon cher Hyperion,
    à part « … Qu’est ce que c’est que cette merde ??? » j’ai rien compris si ce n’est que tu n’aimes pas cette campagne.
    Elle a toutefois le mérite de faire le buzz sur la toile !!!

  3. en fait, pour comprendre cette campagne, il essayer ce missile

    • en fait, pour comprendre cette campagne, il FAUDRAIT essayer ce missile (en français dans le texte)

  4. Ton dernier commentaire est assez sibyllin également… mais pour ton repos et la paix de tes méninges, je confirme que mon billet acerbe est une charge contre cette campagne que je trouve affligeante.. précisément parce que l’exécution est remarquable. C’est toute la tragédie de la chose, c’est deux masses, la créativité d’un groupe et son référentiel pictural, artistique, qui passe complètement à côté de ce que recouvre la sourde et frondeuse puissance d’une supercar comme l’aventador.. puisque tu aimes mes images, je trouve que ça revient à foutre Sauron en couv de GQ et promettre de révéler les secrets de son six packs. C’est nul. Et je te passe, le claim inférieur juste pourrissime « the new aventador with 700hp » à peu près aussi inspiré que « chaise avec des pieds »…

  5. Pour recoller à notre sujet, et au delà de la déconne, je suis très sincère.. cette com est une mascarade.

    • Même si les illustrations ne sont pas d’un esthétisme à toute épreuve, j’aime quand même le traité plus violent et trash. A la fois parce que la campagne à le mérite de déranger et la marque assume ainsi le côté provoc. et ensuite, cette campagne se démarque loin devant les pubs politiquement correctes de la concurrence répondant aux exigences de la réglementation européenne de M…

      • Pour ça OK.. mais ce qui est con, c’est qu’au lieu d’être au service d’une idée et d’un rêve, ça devient une bombe sans objectif, un truc qui pète pour rien et donc de la provoque de base… en tant qu’acheteur potentiel (tu vois ce que je veux dire), ça ne me convainc pas, en tant que passionné non plus… le quidam trouvera ça pompeux et assassin, et ce sera dur de lui fermer son clapet.. CQFD.

  6. Tyler

    Bonjour, j’ai noté l’intelligence des phrases choisis, et c’est d’ailleur le seul truc excitant de cette campagne ( évidemment ce sont d’éminents journalistes automobile qui les ont écrites…)Eux ils ont pondu :
    – « the new aventador with 700hp » Waouh!! J’avais pas lu la fiche technique et je ne savais pas qu’il y avait une nouvelle Lambo…Super!
    – des dessins plutôt vilains… Rien de sportif ou évoquant le pilotage ou même le rêve…cette campagne ne serait-elle pas là pour se décomplexer d’avoir fait une si « sécurisante » 😉
    Mon cher Hyperion, en tant que potentiel acheteur tu seras plus inspiré par ce spot 😉

    • Bon forcément.. je rejoins Tyler sur le fonds, la forme et le reste.. cela non pas parce que il y a le moindre intérêt à avoir raison sur la question de savoir si une campagne déjà forcément improbable vantant les mérites d’une Hypercar culminant à près de 300k€, est oui ou non pertinente au regard de sa cible et ses objectifs, mais plutôt parce que ce sont les même moteurs, les même réflexes, les même raccourcis et les même logiques ici à l’œuvre que l’on retrouve dans la dialectique moderne et contre lesquelles j’ai envie de pousser des hurlements. Je n’ai pas argumenté la dernière fois et je ne le pourrais guère davantage dans le temps qui m’est imparti ( je dois aller quérir des mignardises et autres bouchées de joie dans une caverne gastronomique avant 19,30) mais pour être précis, ramener l’expérience d’une voiture de ce calibre à la violence pure qu’elle engendre, c’est non seulement dérisoire mais en plus parfaitement et superbement prétentieux.. Soyons sérieux, oui 700ch c’est énorme, et oui une Lambo c’est méchant, mais tout le monde sait aussi que les 485ch d’une F40 sont toujours une référence en terme de férocité, et ce n’est pas la boîte à double embrayage de l’Aventador qui va soudainement la convertir en instrument de torture.
      Le freinage ?? pourquoi cette référence crétinistique (comme dans paroxystiquement inintelligent) à la seule performance mesurée vis à vis de laquelle les supercars ne font pas une différence énorme par rapport à des voitures ordinaires.. ??? Le passage des rapports pareil au coup de point professionnellement exécuté d’un boxeur professionnel.. la violence symbolique et la douleur proprement dites n’ont rien à voir, et cet amalgame doit laisser perplexe ceux qui s’en foutent tout en laissant également songeur ceux qui savent de quoi il retourne. Allez, pour faire bonne mesure, je vous renvoie au passage des rapports d’une Scuderia (mieux en 16M), qui reste un chef d’œuvre en matière de violence maitrisée (on a pas l’impression de détruire la boîte dans l’exercice).
      La cerise ? C’est Tyler qui a le mot de la fin avec le renvoie vers les premiers teasers de l’Aventador, certes plus conforme aux codes de la mythologie des monstres sacrés, mais dont on se demande bien comment ils pourraient coexister à un an de distance avec le travail de « Philipp und Keuntje ». Si je dois retenir une chose, c’est que l’on a mis un rêve entre des mains insouciantes. Le beau, l’ultime, ne peut pas être raconté sans précaution : il appartient aussi à celui qui le regarde sans pouvoir l’embrasser. Donc mon ire, puisqu’il fallait bien que je comprenne pourquoi cela m’énervait autant, vient de ce sentiment qu’un objet passionnel appelé à vivre dans l’imaginaire d’une génération de gamins est ramené à un truc vulgaire, fluo, qui freine fort, fait du bruit et finit carrément par vous faire mal.
      « Assassin de la Magie ! »

Submit a Comment