Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Beyond the Speed of Spirit | 10/17/2017

Scroll to top

Top

2 Comments

488, Ferrari 488 GTB. La Phase 2 de la 458 et un nouvel uppercut déjà gagnant.. - Beyond the Speed of Spirit

488, Ferrari 488 GTB.  La Phase 2 de la 458 et un nouvel uppercut déjà gagnant..
Hyperion KEATS

Selon un rituel entamé avec la 355 qui sublimait l’inégale 348, et la F430 qui parvenait à éclipser sa devancière la 360 Modena, la 488 frappe si fort que même la 458 « Speciale » se voit précipitée vers hier au rythme infernal des 670ch et 760nm de couple de cette Berlinette diabolique.

Cela faisait longtemps que Beyond n’avait pas tourné sa lorgnette sur l’objet qui lui vaut d’exister : l’automobile, aussi allons nous éviter de paraphraser les 120 000 posts clonés qui abordent le sujet pour tenter des observations un peu moins convenues.

Si vous venez d’avaler nos récents articles sur l’affaire « Charlie Hebdo », il est probable que la mise à jour de la 458 ne soit pas au centre de vos préoccupations. Que cela ne vous empêche pas d’apprendre que la berlinette initiée avec la Dino, fut longtemps le ticket d’entrée du Cheval cabré avant de céder cette mission à la polyvalente California, et qu’elle ne cesse depuis vingt ans de prendre une désirable maturité au point de faire beaucoup d’ombre aux fleurons désignés de la Marque. Ceux qui savent me pardonneront ce truisme, mais un bon truisme ne fait jamais de mal. (Merci Étienne Klein) Résumons la situation : Ferrari nous refait le coup de la F430 qui offrait deux ans après l’Enzo l’émotion d’une Supercar, idéalement débarrassée de la cohorte des désagréments qui l’accompagnent à commencer par le prix. Oui la 488 GTB mixe avec bonheur le meilleur de son ascendance et la bestialité de la Laferrari, et fait immédiatement très, très envie.

 

“La Speciale truste les premières places de tous les « Car of the Year », dérobe, dévore et recrache sans pitié les coeurs des journalistes sous payés, mais la 488 va sans rien prouver l’évincer avec la finesse d’un T-Rex s’asseyant sur une commode Louis XV. ”

 

On a beau lutter, on aura du mal à empêcher Star Wars episode 7 de truster les premières places dans le coeur des adolescents et de ceux qui le restent. À preuve, je dois toujours faire un effort pour me souvenir de Emir Kusturica deux fois lauréat de la palme d’or alors que Anthony Daniels est dans l’onglet raccourci de mon aire culturelle…  Traduction : La Speciale truste les premières places de tous les  » Car of the Year », dérobe, dévore et recrache sans pitié les coeurs des journalistes sous payés, mais la 488 va sans rien prouver l’évincer avec la finesse d’un T-Rex s’asseyant sur une commode Louis XV. Ne parlons pas de l’Huracan, assertion étrange d’une marque par ailleurs en excellente santé et pourvoyeuse d’une Aventador Psychotropique, qui va s’imposer comme l’une des suites les plus loupées de l’histoire des suites en réussissant à faire grimper la côte de la Gallardo. Vive le débat, aussi voudrez-vous bien agréer la fermeté de mes positions n’ayant d’égal que mon encouragement à déchainer des opinions opposées (quoique erronées :).

Le joujou extra sera dévoilé à Genève mais je me risque à une petite gageure en vous pariant le carton plein, et une autre victime collatérale (en dehors de l’Huracan) : la F12.

La passion n’est pas morte, et la constance de Ferrari à multiplier les headshots (tirs dans la tête) avec une précision métronomique prouve que l’on peut être stratège, fin marketeur sans oublier de faire le plein aux racines de notre addiction. Big Up (pouce levé) à Ferrari.

Spécifications :

Type V8 – 90° Turbo

3 902 cm3
670 CH à 8 000 tr/min
760 Nm à 3 000 tr/min

Longueur: 4 568 mm
Largeur: 1 952 mm
Hauteur: 1 213 mm
Poids à 1 370 kg
Répartition du poids : 46,5 % à l’avant et 53,5 % à l’arrière

0-100 km/h : 3,0 s
0-200 km/h : 8,3 s
Vitesse maximale : > 330 km/h

11,4 l/100 km
Émissions de C02***: 260 g/km

Prix : Vers l’infini et au delà

Comments

  1. COYARD

    Bravo pour ton article dont vous seul, cher rédac ‘chef de BSS avez le secret – J’ai pensé à votre site aujourd’hui, depuis l’annonce nocturne de cette révélation voir cette surprise plutôt bien dissimulée par la firme de Modène. Car et je pense comme une majorité d’entre nous, je lis régulièrement même bi-quotidiennement toute l’actualité automobile sur la toile, les réseaux sociaux et la presse spécialisée et nous n’avions rien vu venir. De nos jours cela relève de l’exploit !

    Bon c’est vrai qu’une nouvelle Ferrari est toujours une belle surprise et un vrai plaisir et celle-ci l’est particulièrement. Ferrari est désormais passé maître dans l’art du restylage de ses modèles et surtout de ses berlinettes. Au niveau du style, je trouve que la poupe avant et l’arrière du modèle est aussi épurée avec grâce que les flancs sont complexes. Les ouïes latérales, certes nécessaires pour alimenter désormais de « vulgaires » turbos, seraient quelques peu disgracieuses.

    Le down sizing est et sera désormais l’avenir des constructeur sportifs mais la puissance est là et sera toujours là. A ce propos je vous recommande l’article du dernier essai de Laurent Chevalier (Sport Auto fév 2015) avec la 458 Spéciale Aperta où l’essai du chant du signe et donc du dernier V8 atmosphérique de l’histoire du Cavallino Rampante.

    Toutefois, la seconde très belle révélation de cette semaine et encore plus désirable à mon goût est l’arrivée du Cayman GT4, Porsche vient d’accoucher d’un des modèles les plus sportifs composé de l’ADN de ses meilleurs « scalpels » comme la 991 GT3 ou la 997 GT3 rs – suivez ce lien Youtube http://youtu.be/2GmLnDmBW10

    J’en ai déjà l’eau « de la boucle du Nordschleife » à la bouche …

    A bientôt les amis, c’était un plaisir de pouvoir partager cela avec vous

    BONNEVILLE Un fidèle lecteur !

    • Merci pour cette réponse mon cher Bonneville.. Je rappelle que contrairement à ce que ma nature narcissique et ma plume volontiers orgueilleuse pourraient vous faire accroire, je n’aspire pour BSS qu’à la création d’une plateforme d’échanges mue par des intelligences libérées des conventions, et Dieu sait que tes lignes font défaut à l’opulente bacchanale des idées que je fantasme..

      Cela étant je m’autorise une ou deux minutes pour revenir sur ce que vous avez relevé les uns et les autres.. D’une part au sujet de la 488 et d’autre part au sujet de la concurrence. J’ai eu des commentaires intéressants sur facebook de Monsieur Thubé-Normandin..

      Pour revenir sur ton analyse et certaines observations que l’on m’a adressées ici et là, on peut questionner l’intérêt de relever la multitude des impacts de balles autour du corps des victimes… La 488, c’est un peu le famas ou l’Ace 23 ou un M16A4 avec un silencieux anti-rejets polluants.. bref on a vraiment pas besoin d’envoyer 900 balles à la minute d’un calibre indécent pour vous faire rendre l’âme, et il faut bien reconnaître que les dernières arrivantes tiennent de l’obus anti-chars.

      C’est donc la cohérence de la formule, l’équilibre des saveurs, la musicalité et le sentiment si spécial d’avoir subrepticement dérobé la cape de Superman qui irrigue cette persistante folie. La 458 a incontestablement planté un décors enviable mais j’ai encore le souvenir pour ma part de la partition étrangement alerte de la Gallardo LP-560 (j’insiste sur la deuxième itération..) qui accomplissait l’exploit de communiquer la sensation de dominer son environnement tout en s’autorisant un exotisme assumé et un glamour presque décadent (sans verser dans le vulgaire comme certaines de ses aïeules débridées).

      Bref et a contrario de la Ferrari, la Gallardo inspire la force et la menace, et pas la gracilité sublime de la 458 avec tout ce que cela implique de fragilité.. C’est peu être stupide mais à l’usage, ça change tout. Cela n’engage que le passé et la 488 a assez de ressources pour me surprendre..

Submit a Comment